ISBN: 9782744065132

On a tous à y gagner

Sortie le: 8 novembre 2012
Livre de: David Jones
Edition: Pearson

Loin d'être deux sujets distincts, les réseaux sociaux et la responsabilité sociale sont, au contraire, étroitement liés. Avec l'avènement des Facebook, Twitter et autres, les milieux d'affaires, les politiciens et dirigeants se voient poussés, enfin, à s'engager véritablement sur la voie d'un futur responsable. Comment ? C'est tout l'objet de cet ouvrage dans lequel David Jones nous explique comment Millenials et Prosumers, ces jeunes de la génération Y et consommateurs activistes, peuvent faire ou défaire une réputation en un tweet ou en un simple clic. Clients, salariés, ou même actionnaires, tous aujourd'hui tiennent pour acquis ou presque l'obligation morale des entreprises à bien agir. Ils attendent d'elles authenticité et transparence. Et si tel n'était pas le cas, ils n'hésitent plus à le faire savoir sur les réseaux sociaux. Fini le greenwashing donc, ou la propension à rehausser artifi ciellement son image. Place aux engagements fermes. Faire le bien n'est ni un phénomène de mode ni un simple avantage concurrentiel, c'est une exigence à inscrire au coeur de l'ADN de toute entreprise. Véritable plaidoyer en faveur d'un changement de paradigmes, ce livre propose de nombreux exemples et études de cas aussi éloquents que stimulants, qui convaincront même les derniers réfractaires. Car les entreprises et les organisations qui souscriront à l'idée de « good business » seront largement récompensées.


76.700 Dt TTC
Disponible
Quantités:

Loin d'être deux sujets distincts, les réseaux sociaux et la responsabilité sociale sont, au contraire, étroitement liés. Avec l'avènement des Facebook, Twitter et autres, les milieux d'affaires, les politiciens et dirigeants se voient poussés, enfin, à s'engager véritablement sur la voie d'un futur responsable. Comment ? C'est tout l'objet de cet ouvrage dans lequel David Jones nous explique comment Millenials et Prosumers, ces jeunes de la génération Y et consommateurs activistes, peuvent faire ou défaire une réputation en un tweet ou en un simple clic. Clients, salariés, ou même actionnaires, tous aujourd'hui tiennent pour acquis ou presque l'obligation morale des entreprises à bien agir. Ils attendent d'elles authenticité et transparence. Et si tel n'était pas le cas, ils n'hésitent plus à le faire savoir sur les réseaux sociaux. Fini le greenwashing donc, ou la propension à rehausser artifi ciellement son image. Place aux engagements fermes. Faire le bien n'est ni un phénomène de mode ni un simple avantage concurrentiel, c'est une exigence à inscrire au coeur de l'ADN de toute entreprise. Véritable plaidoyer en faveur d'un changement de paradigmes, ce livre propose de nombreux exemples et études de cas aussi éloquents que stimulants, qui convaincront même les derniers réfractaires. Car les entreprises et les organisations qui souscriront à l'idée de « good business » seront largement récompensées.

Date de parution 09/11/2012 Editeur Pearson ISBN 978-2-7440-4682-7 Nb. de pages 216 pages Pages 216